8. oct., 2016

Evaluer sa formation pour ne pas démissionner

Quelle fierté ! Après avoir fait plusieurs stages dans le métier souhaité, 3 personnes ont été retenues et vous étiez l’une de ces personnes. Vous aviez réussi l’entretien et attendiez la réponse. Une lettre est arrivée. Vous l’avez ouverte avec un grand enthousiaste et avec crainte en même temps. Vous y avez appris que vous étiez la personne sélectionnée. Dans la maison, avec vos parents, le moment avait été festif, rempli de joies. On vous téléphonait de partout pour vous féliciter.

C’était un énorme pas, pour votre vie socio-professionnelle. Le contrat signé, les engagements posés et le début d’une carrière pouvait enfin commencer.

Mais voilà, après plusieurs mois, vous déchantez. Vous en avez marre. Vous voulez tout arrêter. Il vous arrive d’être en retard et parfois de ne pas aller au travail. Vous avez envie de tout plaquer, de rechercher une autre place d’apprentissage. De plus, vos amis vous disent que pour eux tout va bien sur leur lieu de formation.

Que doit-on faire ? Quitter ? Rester malgré notre désenchantement ? Trouver autre chose ?

Ma réponse : il faut évaluer, mais pas n’importe quoi et n’importe comment.

Dessinez d’abord un simple tableau. Mettez d’un côté tout ce qui est positif et de l’autre tout ce qui est négatif. Dans ce tableau on trouve habituellement : travail d’équipe, relation avec les clients, avec les collègues, avec le maître d’apprentissage, le trajet, les horaires, l’évolution au travail, le respect, l’apprentissage du métier, si vous êtes considérés, l’autonomie, les responsabilités, … mais ne mettez pas le salaire, cela ne doit pas être votre priorité. Vous êtes là pour apprendre un métier et pas pour gagner de l’argent à part si on ne vous paye plus …  Vous ne devez pas comparaître votre formation avec celle de vos ami-e-s, car il est important que cela correspond seulement à vos critères, à vos besoins et vos attentes.  Et chacun à sa réalité, sa vérité, ses soucis, ses désaccords, ses difficultés. Ceux qui vous disent ne pas en avoir, sont soit des simulateurs, soit ils ont une vue de leur travail très positive et mettent de côté le négatif.

Une fois les points négatifs et positifs mis dans le tableau, vous constaterez avec surprise qu'il y a plus de positif que de négatif. Ensuite, reprendre les points négatifs et rechercher des solutions. Demandez-vous de 0 à 10, pour chaque point négatif comme positif, combien vous leur donneriez. Et, réfléchiez ainsi : si je suis à 6 pour ce point, comment je peux faire pour être à 7 ?  

L’apprentissage idéal existe-t-il ? Non. Chaque entreprise, chaque magasin, chaque boutique à ses soucis, vit des crises : problèmes financiers, problèmes de personnel, problème de restructuration, …

Chaque lieu de formation à ses points positifs et ses points négatifs. Donc, quand vos ami-e-s ne vous parlent de leur lieu de formation qu’en bien, ils oublient une partie. Croyez moi.

Chaque entreprise fait de son mieux … sauf celles, comme j’ai pu voir, qui ne vous donnent pas de combinaison alors que vous faites des radiographies. D’autres qui :

- oublient de vous verser votre salaire

- qui vous forme dans un autre métier

- qui vous font travailler plus de dix heures par jour et 6 jours sur 7 ou pas du tout

- et d’autres encore qui vous empêchent de prendre des congés.

Evaluer c’est aussi avoir toutes les données et ne pas faire d’hypothèse sans vérifier. Une jeune me disait faire trop heure. Elle commençait à 08heures et finissez à 18heures. Donc, par jour, elle travaillait 10 heures. Cela faisait 30heures par semaine plus 18 heures à l’école cela donnait, 48 heures hebdomadaire. Cela la mettait en colère qu’on la dupe ainsi. Elle se trompait, pourquoi ? Car elle avait oublié de retirer les 2heures de pause par jour. Donc, elle ne travaillait que 08heures par jour et pas plus.

Soyez vigilant et pour cela, relisez votre contrat de travail et osez poser des questions à votre responsable de formation, à votre professeur principal et à vos parents.

Un autre conseil de grande ampleur : n’oubliez jamais votre objectif principal qui est d’être formé et diplômé. Oui, on peut avoir des désaccords en formation. Oui, il peut y avoir des tensions entre collègue. Oui, on est mal-à-l’aise après une erreur. Oui, il est normal d’être frustré de ne pas pouvoir exécuter un travail selon ses idées, ses réflexions… et tout cela on le vit aussi en tant qu’employé et dans toutes les entreprises de ce monde. Et même si on est patron de celle-ci.

Je le répète, n’oubliez pas votre objectif qui vous permettra de : passer votre permis de conduire, acheter une voiture, avoir un appartement à vous, fonder une famille, faire des vacances, voyager, … Avec un diplôme vous trouverez un travail plus vite, plus sereinement et dans le domaine que vous souhaitez.

 

07 octobre 2016

Savas Sêngul